Kropotkine et la Grande guerre; note de lecture

Kropotkine et la Grande guerre René Berthier Les éditions du monde libertaire

Le 28 février 1916 Kropotkine, figure historique de l’anarchisme, joignit sa signature à celle d’ autres anarchistes au bas du «Manifeste des Seize» qui fut publié dans le quotidien syndicaliste La Bataille le 14 mars 1916 Ce manifeste exprimait le ralliement de ses signataires à l’Union sacrée et produisit un profond trouble chez les anarchistes. Sans justifier cette signature, puisque le message que Kropotkine voulait transmettre sur les «conséquences probables d’une victoire allemande»  aurait pu passer par une autre voie, «sans soutenir l’Entente», l’auteur, anarchiste lui-même tente «d’expliquer le contexte et les circonstances dans lesquelles le vieux révolutionnaire à fait son choix.
Cette étude qui ne ménage ni Lénine, mais on s’en serait douté, encore que la rupture entre les anarchistes et les bolcheviks n’intervienne qu’après la paix de Brest-Litovsk tient à rappeler l’auteur, ni Jaurès dont la «candeur» est stupéfiante et «l’humilité» devant la social-démocratie allemande «déconcertante», encore que, le concernant aussi, l’auteur lui tisse des lauriers lorsqu’il reprend «l’argumentaire de Bakounine» contre le socialisme allemand. Car «le proçès de la social-démocratie allemande» est bien le fil rouge de l’ouvrage. Un texte de Bakounine d’août 1870 appelant les ouvriers français à résister au despotisme prussien ouvre le livre et quelques lignes plus loin il nous est dit que le 20 juillet 1870 Marx se réjouissait auprès de son ami Engels de ce que la victoire allemande assurerait «la prépondérance, sur la scène mondiale, du prolétariat allemand sur le prolétariat français». La reprise des thèses de Charles Andler sur le social-impérialisme allemand, la dénonciation des illusions des socialistes français, l’absence de relations entre Kropotkine et le mouvement syndicaliste français, l’obsession anti-russe des socialistes allemands, les difficultés de Liebknecht à à rompre avec le parti servent de toile de fond à des analyses stimulantes qui redonnent vie à la complexité des débats de l’avant-guerre et de la guerre, loin du simple recours aux incantations pour la paix.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *