Monde du travail – Port-de-Bouc

Port-de-Bouc : une destinée industrielle, une âme ouvrière:

Le XIXè siècle marque l’essor du développement industriel et maritime de la ville, avec l’implantation d’une sècherie de morue à la Lèque (1876-1950), des usines chimiques (Saint-Gobain, Kuhlmann) en 1916, et de la raffinerie de pétrole La Phocéenne (1885-1928). La construction navale connaît son expansion avec les chantiers Pastré, puis les célèbres CAP (les Chantier et Ateliers de Provence) qui fonctionnent dès 1899. L’ouverture de la ligne de chemin de fer entre Miramas et Bouc en 1881 vient accompagner cette industrialisation.

Jusqu’en 1966, date de leur fermeture, les Chantiers et Ateliers de Provence constituent le coeur de la ville, dont l’espace s’organise autour des ateliers et des cités ouvrières. L’accroissement de la population va accompagner cette manne économique, et l’identité Port-de-Boucaine va se forger autour de cet afflux de main d’oeuvre originaire principalement de tout le pourtour méditerranéen et de son activité ouvrière. Aujourd’hui encore, cette ville reste profondément façonnée par les luttes sociales dont elle a été le théâtre.

Le début des années soixante-dix ouvre de nouvelles perspectives avec la création du site portuaire de Fos, complexe industriel sidérurgique et chimique. Port-de-Bouc s’enrichit de nouvelles vagues d’arrivants, et investit dans la construction de grands ensembles pour les accueillir. Mais le choc pétrolier et ses conséquences laissent jusqu’à aujourd’hui la ville en proie à des difficultés économiques et sociales.

 

Faire vivre la mémoire ouvrière de la ville:

En lien avec l’histoire sociale de la ville, la médiathèque de Port-de-Bouc développe depuis 2009 un fonds spécifique « Monde du travail ». Le fonds ainsi constitué regroupe différents supports (imprimés, documents électroniques, documents vidéo, périodiques) de différente nature (fictions et documentaires) dans un espace dédié et identifié par une signalétique. Il est actuellement localisé au 1er étage dans la salle de documentation.

Visuellement, les documents sont équipés sur le haut de la tranche d’un logo, qui est une représentation stylisée d’une des grues de l’ancien chantier naval.

Le fonds est régulièrement alimenté, en focntion de l’actuatlité éditoriale sur ce champ-là. Par ailleurs, afin d’effectuer un enrichissement rétroactif, une subvention a été accordée par le CNL en 2011. Une petite partie du fonds est conservée en réserve et exclue du prêt, en raison du caractère rare des documents (épuisés) ou de leur aspect défraichi ou détérioré.

Afin de valoriser ce fonds, la médiathèque programme certaines de ses animations sur ce sujet. Entre autres, plusieurs « Ecopolis », – le rendez-vous trimestriel de la médiathèque autour des questions économiques, sociales ou politiques -, sont dédiés à des thèmes relatifs au monde du travail.