1938-1940 de Münich à Pétain

Après l’ivresse de 36, la gueule de bois du mouvement ouvrier

Une conférence de Bernard Regaudiat, dans l’auditorium de la médiathèque, mardi 15 octobre 2019 à 18h

Entre 1938 et 1940, l’union qui avait créé la dynamique de 1936 ne résista pas au reflux devant les avancées extérieures du fascisme et les obstructions intérieures du patronat. L’antagonisme entre la SFIO et le PCF fut bien sûr réactivé mais aucune des composantes du mouvement ouvrier, des anarchistes aux syndicalistes en passant par les pacifistes ne ressortit indemne des deux années qui conduisirent à la défaite de 1940.

Choisir la paix à tout prix ou accepter la guerre, pratiquer la défaitisme ou restaurer l’union nationale, tous furent confrontés à des choix cruciaux censés ménager l’avenir; des choix sans certitude d’ailleurs et susceptibles de rétropédalage.
La France de Pétain mais aussi la France de la Libération se dessinent dans ces années tragiques pour le mouvement ouvrier.

Un l’association Promémo avec la médiathèque Nelson Mandela à Gardanne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search